lille 1

de Lille ...

page

arrivée 9h16, la ville s'éveille sous le soleil, les rues encore désertes, quelques parisiens engourdis par un lever matinal pour un samedi, une superbe luminosité, à nous UNE JOURNEE à LILLE avec ma meilleure amie à qui j'avais offert cette surprise pour son anniversaire !!

allez hop c parti en balade avec nous, la plupart des photos sont celles de mon amie, notre apn étant en train de nous lâcher ... comprendre photos floues, pratique non ? et qques unes prises sur le net car faisait parfois bien trop froid pour sortir nos mimines des gants ;) et pourtant je crois que j'aurais pu faire plus de 200 photos tellement les bâtiments étaient magnifiques et plein de détails ... à photographier ... c'est partie remise ... au printemps qui sait :)

lille 2

On sort de la gare, et on part direction ... on ne sait pas, on est arrivés ... comme des touristes ... presque non préparées (heureusement elle avait un peu plus d'énergie que moi et a fait qques recherches internet avant)

ON arrive donc Place du Théâtre avec ce superbe Opéra de Lille

L’Opéra de Lille est un théâtre de style néo-classique construit de 1907 à 1913 et inauguré officiellement en 1923. Fermé pour rénovation en 1998, il a rouvert fin 2003 pour Lille 2004.

De composition néoclassique, la façade de l'opéra de Lille est inspirée de celle du Palais Garnier. En pierre calcaire, très lumineuse, elle comporte trois travées, le premier étage étant percé de trois larges baies cintrées qui éclairent le grand foyer. Le décor de la façade a été entièrement conçu et dessiné par Louis Marie Cordonnier. Le fronton, réalisé par Hippolyte Lefèbvre, illustre la Glorification des Arts. Autour d'Apollon, Dieu des Arts, neufs muses représentent la poésie, la musique, la comédie, la tragédie et d'autres arts lyriques ou scientifiques. De part et d'autre des baies, deux reliefs représentent, à gauche, une allégorie de la musique, sous les traits d'une jeune femme tenant une lyre, sculptée par Alphonse-Amédée Cordonnier, et à droite, la tragédie, figure féminine brandissant une épée, sculptée par Hector Lemaire.

Et le superbe bâtiment de Chambre de Commerce et de l'Industrie qui abrite aussi la ... Poste :) magnifique beffroi, celui ci on ne peut y monter ...

En face la Vieille Bourse qui donne et sur la place du théâtre ... et sur la Grand Place : La place du Général-de-Gaulle est historiquement la place principale de la ville de Lille (Nord) qui accueillait dès le Moyen Âge un important marché. La place est de type grand'place qui se caractérise par un aspect complètement minéral que l'on retrouve dans de nombreuses villes des anciens Pays-Bas. De Grand'Place, nom encore communément employé par les Lillois (ainsi que parfois place de la Déesse), elle fut renommée en l'honneur de Charles de Gaulle, le 12 août 1944, jour où celui-ci se voit décerner le titre de « Citoyen d'Honneur de la Ville de Lille »1.

 

3bis

La Vieille Bourse, un des bâtiments les plus prestigieux de Lille, à l'architecture typique de la renaissance Flamande du XVIIe siècle sépare la Grand'Place de la place du théâtre où est situé l'Opéra. Elle est composée de l'emboîtement de 24 demeures identiques qui renferment une cour intérieure, lieu calme où le flâneur croise bouquinistes, joueurs d'échecs et touristes.

Le bâtiment du journal La Voix du Nord dont la façade flamande comporte les blasons des principales villes de la région et est surmontée d'une statue des Trois Grâces en bronze symbolisant les trois anciennes provinces de la région : Flandres, Artois et Hainaut). Dans un contexte d'épuration, ce bâtiment auparavant occupé par le quotidien Le Grand Echo du Nord, revient à La Voix du Nord et Liberté. Le bâtiment accueille aujourd'hui une galerie commerciale au rez-de-chaussée.

 

3

La grande roue y est installée pour les fêtes de fin d'année.

4

La colonne de la déesse est une colonne surmontée par une statue, érigée le 8 octobre 1845 au centre de la Place du Général-de-Gaulle, à Lille. Elle symbolise l'héroïsme des Lillois lors du siège autrichien de 1792.

Dans le reflet de la vitre on y voit la statue qui orne le batiment de la Voix du Nord.

Petit passage par la place Rihour et l'office du tourisme, ... c'était mieux que d'être paumées sans carte de Lille.

Direction l'hotel de ville et son beffroi (photos prises sur le net)

 

5bis

 

 

Le beffroi de l'hôtel de ville de Lille, inauguré en 1932, est le plus haut de la région Nord-Pas-de-Calais. Le projet de sa construction résulte de la destruction de l'ancien Hôtel de ville lors de la Première Guerre mondiale.

 

L'ensemble architectural, à la fois massif pour l'Hôtel de ville, et exceptionnellement fin et élancé pour son beffroi a été conçu par l'architecte Émile Dubuisson. Pour des raisons de disponibilités foncières et de choix politique, le bâtiment est légèrement décentré par rapport à l'actuel centre-ville. Le beffroi en brique rouge et béton « façon pierre sculptée » culmine à 101 m de hauteur (104 m avec le phare), affirmant la puissance politique et commerciale de la capitale régionale. La brique rouge répond au vert des platanes qui entourent le bâtiment.

Surnommé gratte-ciel en Flandre par les Lillois lors de son inauguration, il reste avec ses 400 marches, le bâtiment municipal le plus élevé de France.

Le beffroi a été conçu surmonté d'un phare tournant (1 000 watts aujourd’hui) dont le rayon d'action est perceptible à près de 30 km de distance par nuit noire et pure. Symbole du rayonnement de la capitale, et peut-être de sa vigilance, dans le contexte des années 1930 où l'on se prépare déjà à une nouvelle guerre. Le phare éclaire le ciel de Belgique, et se voit presque jusqu'à la mer du Nord.

 

 

Le beffroi de l'Hôtel de Ville de Lille, inauguré en 1932, est le plus haut de la région Nord-Pas-de-Calais. Le projet de sa construction résulte de la destruction de l'ancien Hôtel de ville lors de la Première Guerre mondiale.

 

L'ensemble architectural, à la fois massif pour l'Hôtel de ville, et exceptionnellement fin et élancé pour son beffroi a été conçu par l'architecte Émile Dubuisson. Pour des raisons de disponibilités foncières et de choix politique, le bâtiment est légèrement décentré par rapport à l'actuel centre-ville. Le beffroi en brique rouge et béton « façon pierre sculptée » culmine à 101 m de hauteur (104 m avec le phare), affirmant la puissance politique et commerciale de la capitale régionale. La brique rouge répond au vert des platanes qui entourent le bâtiment.

- See more at: http://www.visite-privee.fr/contribution/hotel-de-ville-de-lille-et-son-beffroi#sthash.HOGcEdsk.dpuf

 

 

Le beffroi de l'Hôtel de Ville de Lille, inauguré en 1932, est le plus haut de la région Nord-Pas-de-Calais. Le projet de sa construction résulte de la destruction de l'ancien Hôtel de ville lors de la Première Guerre mondiale.

 

L'ensemble architectural, à la fois massif pour l'Hôtel de ville, et exceptionnellement fin et élancé pour son beffroi a été conçu par l'architecte Émile Dubuisson. Pour des raisons de disponibilités foncières et de choix politique, le bâtiment est légèrement décentré par rapport à l'actuel centre-ville. Le beffroi en brique rouge et béton « façon pierre sculptée » culmine à 101 m de hauteur (104 m avec le phare), affirmant la puissance politique et commerciale de la capitale régionale. La brique rouge répond au vert des platanes qui entourent le bâtiment.

 

- See more at: http://www.visite-privee.fr/contribution/hotel-de-ville-de-lille-et-son-beffroi#sthash.HOGcEdsk.dpuf

 

 

Le beffroi de l'Hôtel de Ville de Lille, inauguré en 1932, est le plus haut de la région Nord-Pas-de-Calais. Le projet de sa construction résulte de la destruction de l'ancien Hôtel de ville lors de la Première Guerre mondiale.

 

L'ensemble architectural, à la fois massif pour l'Hôtel de ville, et exceptionnellement fin et élancé pour son beffroi a été conçu par l'architecte Émile Dubuisson. Pour des raisons de disponibilités foncières et de choix politique, le bâtiment est légèrement décentré par rapport à l'actuel centre-ville. Le beffroi en brique rouge et béton « façon pierre sculptée » culmine à 101 m de hauteur (104 m avec le phare), affirmant la puissance politique et commerciale de la capitale régionale. La brique rouge répond au vert des platanes qui entourent le bâtiment.

 

- See more at: http://www.visite-privee.fr/contribution/hotel-de-ville-de-lille-et-son-beffroi#sthash.HOGcEdsk.dpuf

Une fois les innombrables marches montées, Vue d'en haut avec un appareil aux photos floues et l'autre normal ... en contre bas l'école des Arts et Métiers, la Place de Paris (renommée ainsi par louis XIV, et la vue sur Euralille (youpi !)) pas de photos prises mais on apercevait les falaises de Dunkerque, des "montagnes" de mines creusées et la Belgique au loin car finalement proche (oups :))

5

Après le beffroi alors prendre un bain de culture ... oh que de jeux de mots, direction la Piscine de Roubaix en quelques stations de métro

Le musée d'art et d'industrie de la ville de Roubaix (musée André Diligent) est un musée composite qui présente des collections d'arts appliqués et de beaux-arts constituées à partir du XIXe siècle comprenant des tissus, des pièces d'arts décoratifs, des sculptures et des peintures et dessins.

Il est installé dans une ancienne piscine de style art déco, construite entre 1927 et 1932 par l'architecte lillois Albert Baert, d'où son surnom « La Piscine ».

On y a vu l'expo d'une collection de Française du siècle d'or de la Peinture danoise, puis le bassin magnifique et bien mis en scène avec des collections de statues à découvrir ici, sur les côtés des expositions temporaires qu'on apprécie plus ou moins ou qu'on comprend plus ou moins dirais je pour être positive... à découvrir ici

6bis

8

Ensuite retour au métro par la Grand place de Roubaix ... déserte en ce samedi après midi, on a tenté d'avancer vers une rue qui avait l'air commerçante pour essayer de se persuader que Roubaix n'était pas juste un désert nordique :(

Retour en métro ... 

Direction alors le Vieux Lille et là plus de photos, le froid et la faim ont raison de ton envie dévorante de faire des photos avec ton apn pourri parce que d'abord c frustrant grrrr (à 15h toi la touriste parisienne justement tu penses encore trouver un estaminet ouvert pour le déj ... bah non ... forcément, tu le sais mais tu espères presque que certains se seront mis en mode parisien ;) ... non non ... alors un salon de thé et une quiche aux maroilles plus tard, tu es réchauffée et tu es prête à repartir pour attaquer la Citadelle ...)

7

On ne la visitera pas car il faut réserver mais on l'a aperçu et ça donne envie d'y retourner ...

10

Magasin sur le théâtre et autres arts du spectacle dans la Rue Clef et Ruine de l'ancien Moulin rue de la Monnaie

9

Retour vers le Vieux Lille, non la Grand PLace, non la Place aux oignons, non la rue Esquermoise, non la rue Basse, non la rue Esquermoise, non ... bref mon GPS interne en recherche d'un salon de thé et d'une gaufre "locale" ... a buggé !!! 

Finalement on a trouvé cette charmante place en haut à droite sur la photo, en dessous la porte de Gand (au bout de la rue de Gand), rue Esquermoise, en haut à gauchen le 31 rue de Gand ...et l'hotel du Lombard. Toutes ces photos sont ici du net !! et sont dans le Vieux Lille

Après des pérégrinations dans le froid (trop dure la vie:)) ... direction une superbe papeterie L'atelier de la sorcière verte  des centaines de papiers de reliure et une belle boutique à se pâmer quand on aime la papeterie etc ... petite discussion avec la proprio fort aimable .. retour au froid et là ... c'est plus possible il fallait se réchauffer :)

12

Avant de rentrer dans notre bonne vieille capitale ...

Une journée bien agréable et dépaysante à même pas 1h de Paris !!